Haïti : mon vélo, je m’en souviens

Article : Haïti : mon vélo, je m’en souviens
26 janvier 2015

Haïti : mon vélo, je m’en souviens

mescoloriages.com vie-quotidienne/coloriages,les-transports,velos
mescoloriages.com
vie-quotidienne/coloriages,les-transports,velos

Je me rappelle encore de mes folles années d’enfance où je me mettais toujours au-devant de la maison pour attendre l’arrivée de mon père. Je me bagarrais presque tous les jour avec lui pour avoir le privilège d’aller mettre son vélo à l’arrière de la maison. Finalement, j’ai eu raison de lui, tous les après-midi le vélo était à moi. Et depuis lors, je me suis mis à m’exercer avec le seul moyen de déplacement que mon père disposait à l’époque.

Comme son vélo n’était pas fait pour mon âge, je ne pouvais pas me mettre sur la selle. En bon petit malin, je m’arrangeais pour avoir un pied sous le tube supérieur afin de d’atteindre les pédales. Comme à l’accoutumée, je me trouvais un après-midi devant la barrière à attendre son arrivée pour récupérer ce qui était devenu mon hobby préféré. Cette fois-ci, celui qui d’habitude observait son fils traîner son vélo à la main, allait le voir se métamorphoser en un homme qui grimpe sur le vélo et part. Étonnement, mise en garde, satisfaction et contentement se mélangeaient dans le regard de mon papa.

Deux jours plus tard, j’ai reçu un vélo en cadeau de la part de mon père. Ce fut pour moi une grande surprise. Lui qui se disait toujours incapable de commettre le crime de me donner un vélo, sous prétexte qu’un jour je pourrais gagner la rue et me faire renverser par une voiture.

Mon grand amour pour le vélo a ainsi commencé. Bien que ma mère avait certaines réticences, je commençais à me rendre chez ma grand-mère seul avec mon nouveau bien. Quelques années plus tard, quand je devais être à l’école secondaire, mon père m’en offre un autre. Sous les remarques bienveillantes de ma mère, tous les matins, je prenais mon sac à dos et filais au lycée. Bien évidemment, je gardais toujours les conseils de mon père en tête. « Il faut que tu regardes à l’arrière avant de dépasser une voiture stationnée et surtout roule ton vélo au bord de la rue », me répétait-t-il souvent.

Un vélo pour diverses raisons

Nous étions plusieurs élèves à utiliser ce moyen de locomotion à travers la ville du Cap-Haïtien. Avec le temps je comprends les différents avantages qu’il nous a offerts.

Dans un pays où les embouteillages monstres sont considérés comme un fléau, ne vous étonnez pas si quelqu’un arrive en retard à un rendez-vous et qu’il vous dit que pour parcourir les 15 minutes habituelles qui relient son domicile au lieu de la rencontre, il a mis 1 heure et demi en voiture. Par contre, avec le vélo, je ne me fais pas de souci, il est accessible à la moindre brèche.

Plus loin, l’aspect économique était pour moi un élément non négligeable et qui m’a donné du plaisir  à prendre mon vélo tous les matins. Mon argent de poche était utilisé à bon escient et mes déplacements n’étaient limités que par mes parents ou moi-même, mais pas pour les frais de taxi.

Il est vrai qu’aujourd’hui les parents haïtiens sont de plus en plus nombreux à offrir à leurs enfants des vélos depuis très tôt. Cependant, ils sont utilisés davantage comme un objet de sport que comme un moyen de locomotion. L’arrivée massive des taxis motos sur les circuits d’Haïti prive la population urbaine de cette opportunité.

En voyant les enfants d’aujourd’hui, qui se contentent parfois d’une grande cour pour s’amuser à vélo, je me remémore mes bons souvenirs. Mais je dois reconnaître que la sécurité routière est très précaire.

Partagez

Commentaires

dauphin jean claude
Répondre

Bonjour.J'ai aimé lire votre article sur votre premier vélo.Cela fait 3 ans que mon épouse et moi venons en vacance en Haïti à Montrouis et nous nous demandons ou nous pourrions acheter un vélo dans la région. Pouvez vous nous fournir cette information? Nous sommes vraiment tombés amoureux d'Haïti, des gens de chez vous, de votre littérature et il ne se passe pas une journée sans qu'on suive l'actualité sur Haïti libre, le nouvelliste...
En souhaitant pouvoir revenir vous voir rapidement nous pensons fort à vous
Jean Claude Dauphin